L'HISTOIRE DE LA CHAPELLE DE LA RIVIERE

         L’histoire de la chapelle de la Rivière,

      document paru dans le bulletin municipal de Mansac: Mansac...quoi? de janvier 2019, p24

 

 (D’après un document affiché dans la chapelle et le livre « Mansac, recueil de documents », réalisé par la Graine et l’idée)

 

 

1931 : un terrain est acheté à Mr Chevalier pour créer un cimetière à la Rivière en complément de celui de Mansac. Il est mis en service en 1932.

 

Une petite salle, aménagée chez Mr Ségeral route de Cublac, servait aux réunions paroissiales. Quelques personnes créèrent alors une association qui décida de bâtir une chapelle à la Rivière. Un terrain appartenant à la famille Serre domiciliée route du nouveau cimetière fut acquis par Mr Coupin, comptable à la Paumellerie Electrique, et rétrocédé à l’association le 31 mars 1935.


Une souscription fut faite dans les familles de la Rivière qui ajoutée aux dons en nature permit de lancer la construction. Le gros œuvre fut fait par Baptiste Peyramaure, maçon à la Rivière.

L’inauguration eut lieu le 8 mai 1945, à l’occasion de la cérémonie de confirmation, par l’évêque de Tulle Mgr Chassagne. Il n’y avait que très peu de mobilier et pas de lumière.

 

En 1965, de la peinture et quelques aménagements sont faits par un groupe de jeunes.

1976, la porte cloutée actuelle remplace l’ancienne porte qui ne fermait plus. Quelques aménagements ont lieu : croix, tabernacle, boite à cierges, livres de messe et construction d’un premier local sur le côté.

 

En 1978, des salles de catéchisme avec toilettes furent installées par des parents derrière la chapelle et elles servirent aussi de salles de réunions et d’animations pour les enfants dans le cadre de clubs. *

 

En 1984, à la demande du prêtre, la chapelle et son terrain sont cédés à la commune par le diocèse.

 

En 1989, la rénovation de la chapelle est demandée à la municipalité qui  décide d’y procéder sur 2 années sous la direction de Mme Gourvat, architecte et pour un coût total de 412.000 francs (près de 63.000 €) et comprenant : charpente, toiture, isolation, électricité, chauffage, ravalement intérieur et extérieur, nouvel autel, vitraux, mobilier neuf  ... le conseil général de la Corrèze a participé au financement à 60% dans le cadre de la sauvegarde départementale du patrimoine.

 

1991, le 19 octobre, la chapelle restaurée est inaugurée en présence de l’évêque, Mgr Froment.

La commune fait procéder au grand ménage du bâtiment plusieurs fois par an, à l’entretien, aux réparations et finance la fourniture d’eau et d’électricité (lumière et chauffage).

 

* 40 ans plus tard, ce bâtiment situé derrière la chapelle, inutilisé depuis des années et devenu insalubre, au toit  contenant de l’amiante, doit être démoli. Le projet communal 2018-2019 est de créer un sanitaire aux normes d’accessibilité pour handicapés et un parking sur le terrain communal attenant, utilisables lors des cérémonies.

 

Budget prévu pour ce projet : 17. 617,20 € TTC (voir compte rendu du conseil municipal du 16 novembre 2018)

 

   

 

 

           La chapelle en 2018                                              Le bâtiment annexe à démolir

 

 

 

                                                    Les vieux sanitaires en 2018               Le document                                                                                                                                    affiché dans la chapelle.

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

 

 Le bâtiment annexe de la chapelle de la Rivière a disparu

 

Article paru dans le journal LA MONTAGNE du ....avril 2019 (Correspondant local Daniel Auzeloux)

 

Les 23 et 24 avril, le bâtiment situé derrière la chapelle, inutilisé depuis des années, a été démoli. Une entreprise spécialisée a enlevé une à une les plaques de fibrociment amianté qui ont été emballées dans des bâches étanches. Les ouvriers étaient équipés comme des cosmonautes : combinaison, masque avec hublot et filtre à air... Les déchets amiantés seront stockés dans une décharge contrôlée en Corrèze.

L’entreprise Pignot a pris le relais à l’aide d’un tractopelle. Les déchets de bois et de diverses ferrailles, ont été évacués pour être recyclés sur la plateforme mansacoise de l’entreprise. L’emplacement dédié au parking a été purgé de la terre de surface. Des cailloux et des blocs de béton concassés ont été étalés pour assurer l’assise.

L’arrière de la chapelle dégagé laisse maintenant apparaitre un vitrail invisible de l’intérieur et ignoré de nombreux Mansacois.

La chapelle fut  construite suite à une souscription et inaugurée en 1945. Le bâtiment annexe avec ses 2 salles pour le catéchisme et de réunion fut récupéré à Brive et remonté par des parents bénévoles en 1978. Il servit aussi de salle d’activité pour les clubs du mercredi après-midi.  En 1984, la municipalité accepte la donation de l’ensemble du terrain et des édifices. En 1991, se terminait la restauration de la chapelle engagée par la mairie avec l’aide du Département.  

 2019: Le porche et la porte sont en cours de rénovation, un banc a été installé.

Des toilettes publiques vont être construites près du parking.

 

 

DÉMOLITION. Le bâtiment de bois n’a pas résisté longtemps au godet puissant de la machine.

 

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

 

 

 Le local attenant à la chapelle de la Rivière a été démoli

 

Article paru dans le journal La Vie Corrézienne du 26 avril 2019 (Correspondante locale Gisèle Vacher)

 

Le local en bois, situé derrière la chapelle de La Rivière-de-Mansac depuis plus de quarante ans, vient d'être démoli.

Un peu d'histoire : en 1978, sous l'impulsion du curé desservant, l'abbé Elie Ringaud, le bâtiment fut offert par les marchands de bois MM. Lacombe, de l'ancienne paroisse d'Estavel à Brive.

Il se composait de deux salles, ce qui permit d'avoir sur place et gratuitement des lieux de réunion de catéchèse et où des clubs d'action catholique, Perlin, Fripounet et Triolos trouvèrent un essor important. Ce local a été installé par des parents, repeint et aménagé aussi avec l'aide de la commune pour le pourvoir d'un évier, de toilettes, électricité, chauffage, cabine de douche, tables, chaises et bancs.

Pendant une vingtaine d'années, les clubs ont connu une vie très intense dans ce local avec plusieurs animatrices qui venaient y faire les crêpes. Des groupes importants de jeunes, jusqu'à quarante enfants, y venaient les mercredis après-midi, trouvant un lieu d'accueil pour jouer ensemble, goûter, faire le carnaval et se déguiser avant de parcourir le village. Ils partaient aussi en interclubs dans d'autres paroisses, sous l'encadrement de jeunes et d'aumôniers, les pères Julien, Christian, Vincent, Marcel, Bertrand Barlier.

Combien de jeunes, aujourd'hui mariés et parents, gardent des souvenirs mémorables du vécu dans ce local, des fêtes, du théâtre, des animations intérieures. Et surtout la joie d'être ensemble, notamment pour les enfants des HLM. De nombreuses rondes de scouts venaient passer des week-ends dans ce lieu approprié pour leurs sorties.

En 1984, à la demande du prêtre, la chapelle, son terrain et son local ont été cédés pour le franc symbolique à la commune, à condition d'y conserver un lieu de culte.

Une nouvelle nomination de prêtre devait faire de ce local une remise, depuis une dizaine d'années.

Aujourd'hui devenu totalement vétuste, la municipalité a décidé de démolir le local et d'aménager à sa place un parking qui servira tout particulièrement lors des obsèques. Actuellement, les voitures se garent en bordure de route devant la chapelle, ce-qui présente un danger.